Chauffer au bois

L’entretien d’un poêle à bois, synonyme de longévité !

Le poêle à bois remporte un franc succès dans les foyers, au moment où la hausse des prix du gaz et de l’électricité ne cesse d’augmenter (les tarifs réglementés d’ENGIE sont détaillés sur cette page), il devient l’équipement incontournable de l’hiver.

Un compagnon très efficace et qui apporte une véritable touche déco à votre intérieur. L’entretien d’un équipement de chauffage quel qu’il soit, vous assure une meilleure combustion et une réelle longévité, une règle qui s’applique également pour les poêles à bois et tous les poêles en général.

Le nettoyage de votre poêle à bois représente une tâche simple et rapide, surtout si elle est effectuée régulièrement. Voyons de plus près comment entretenir votre poêle à bois et ce que dit la loi.

Le ramonage est obligatoire !

Pour tous ceux qui possèdent un poêle à bois ou à granulé, le ramonage est indispensable et obligatoire pour tous les conduits d’évacuation des fumées.
Deux ramonages annuels sont requis en période d’hiver et hors saison pour être en conformité avec la loi, mais aussi avec les assurances. Le ramonage du conduit de cheminée vise à garantir le bon fonctionnement de l’appareil de chauffe et à prévenir les risques d’incendies et d’intoxication au monoxyde de carbone.

Votre équipement tirera profit du ramonage en polluant moins et en offrant un meilleur tirage. Il est primordial, que le ramonage soit effectué par un professionnel agréé pour obtenir le certificat de bon fonctionnement avec la preuve de la vacuité du conduit.
Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à vous renseigner sur cette page http://lebonchauffagiste.pro/tarif-chauffagistes/ pour connaître les tarifs d’une intervention de ce type.

Le nettoyage de votre poêle à bois

Le nettoyage extérieur de votre poêle à bois est simple à réaliser, il vous suffit de passer l’aspirateur en fixant une petite brosse à poils pour dépoussiérer les parties les plus cachées, évitez d’utiliser de l’alcool, de l’eau ou des solvants qui abîmeraient la peinture.

Les joints de la porte

La vérification des joints argentés de la porte et du bac à cendres doit être opérée régulièrement pour vous assurer une bonne étanchéité et si, ce n’est pas le cas, il faut prévoir de les remplacer.

L’entretien de la vitre

Il n’est pas rare que la suie laisse des traces sur la vitre, un chiffon humide ou du papier-journal que vous tremperez dans la cendre froide du poêle vous aidera sans effort à supprimer les salissures.

La chambre de combustion

La chambre de combustion est recouverte de plaques jaunes qui s’usent naturellement durant le fonctionnement du poêle et elles doivent être remplacées lorsque des fissures d’un demi-centimètre apparaissent. Leur longévité dépend de la cadence d’utilisation du poêle. Le bac à cendres en couches très épaisses nécessite d’être vidé pour que l’air circule par le bas sans obstruction, mais en laissant toujours une petite couche de cendres dans le bas du poêle pour faciliter l’allumage et isoler la chambre de combustion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *