Environnement

Et si vous investissiez dans un groupement foncier forestier ?

Si vous souhaitez réaliser un investissement sur le long terme, vous pouvez tout à fait vous tourner vers un Groupement Foncier Forestier (GFF). De quoi s’agit-il ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Voici ce qu’il est intéressant de savoir à ce sujet.

Un Groupement Foncier Forestier, c’est quoi ?

Société civile à vocation forestière, le GFF est une personnalité morale dont l’objectif est, selon l’article L241-3 du code forestier, « la constitution, l’amélioration, l’équipement, la conservation ou la gestion d’un ou plusieurs massifs forestiers, et généralement toutes opérations quelconques pouvant se rattacher à cet objet ou en dérivant normalement, pourvu que ces opérations ne modifient pas le caractère civil du groupement. En particulier, la transformation des produits forestiers qui ne constituerait pas un prolongement normal de l’activité agricole ne peut être pratiquée par le groupement ».

Avec un GFF, on perçoit des revenus grâce à la vente de bois, mais aussi via les loyers de la chasse et de la pêche. Les gérants doivent s’occuper des travaux d’entretien, des cotisations auprès des assurances et autres taxes foncières. Ces diverses charges sont nommées « charges d’exploitation ». De plus, chaque année, la société établit un plan simple de gestion confié aux propriétaires par le Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF). Ce plan permet de mettre en place diverses actions : élagage, marquage des coupes, gestion des gibiers…

Investir dans un GFF : avantages et inconvénients

Vous souhaitez investir dans un GFF ? Dans ce cas, vous deviendrez associé(e) et pourrez prendre part aux votes et autres. Et vous deviendrez, par conséquent, propriétaire de bois issu de forêts françaises. Investir dans un GFF vous permet de bénéficier d’un rendement annuel moyen de 2 à 5 % et de réductions d’impôts (IR, IFI). En outre, vous réalisez un placement utile pour la planète et qui vous permet de diversifier votre patrimoine. Et si le rendement annuel d’un GFF est souvent perçu comme un inconvénient, car il est peu élevé, il faut garder à l’esprit qu’il n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux. En outre, les réductions d’impôt sur les revenus provenant du GFF « sont cumulables avec celles issues des FIP, FCPI, employé.e.s à domicile et dispositifs d’investissements locatifs dans la limite annuelle de 10 000 euros ».

Du côté des inconvénients, citons les intempéries. Les ouragans, tempêtes et autres catastrophes naturelles peuvent en effet perturber les marchés du bois. Et il est non seulement difficile de les anticiper, mais on ne peut pas non plus accélérer le retour à la normale de la nature. D’autres risques sont à connaître comme les feux de forêt (en général dans le sud de la France), la présence de cervidés en nombre élevé ou encore les attaques d’insectes.

Notez un dernier point positif : depuis la fin des années 1990 et malgré la survenue de diverses tempêtes, le prix de l’hectare forestier a augmenté de plus de 160 %.

Le saviez-vous ? Vous pouvez aussi investir dans les forêts étrangères.
Mais attention à bien vous renseigner au préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *