Habitat durable

Comment choisir l’isolant pour un plancher bois ?

A l’image de l’isolation des combles et des murs, l’isolation d’un plancher bois assure économies et confort pour ses occupants. Dans un projet de rénovation, il s’agit de déterminer l’accessibilité du sol pour déterminer la solution isolante la plus pertinente. Explications.

Une isolation thermique

Insérer un isolant, entre le sol et le plancher en bois, limite les déperditions thermiques (à hauteur de 10 %), tout en protégeant le bois de l’humidité. Sans compter que réaliser des travaux sur ce vide sanitaire permet d’économiser en moyenne plus de 150 € par an sur la facture de chauffage d’un logement.

Enfin, cela offre un confort de vie supérieur, en diminuant les variations de température ressentie, dans la pièce et au niveau du sol. Là de nombreuses offres sont disponibles sur le marché comme par exemple le programme Isolations 1 Euro d’Auchan.

Une isolation acoustique

Au-delà des considérations thermiques, l’isolation du plancher contribue également à insonoriser l’habitation des bruits ambiants : les pas des voisins, les chutes d’objets, les vibrations des appareils électroménagers, etc. À l’inverse, si l’entrée des sons environnants est limitée, leur sortie est tout aussi altérée !

Quelle est l’accessibilité du plancher en bois ?

Dans le cadre de travaux de rénovation, il convient de déterminer le degré d’accessibilité du plancher bois, avant de sélectionner le bon isolant. Sur ce point, il n’existe que deux alternatives :

  • Le plancher bois est accessible par le dessous. Autrement dit, l’isolation peut se faire par l’étage inférieur (cave)
  • Le plancher bois est accessible uniquement par le dessus – ce qui suppose de retirer le revêtement actuel pour procéder à l’isolation du sol.

Cette indication influence directement le choix de l’isolant, qui, par sa nature et son conditionnement, ne se prête pas forcément à cette application. Par exemple, une laine minérale semi-rigide n’est pas adaptée à une isolation par le sol, alors qu’elle convient à celle des combles, des murs, des cloisons et d’une toiture.

Quels sont les principaux isolants disponibles pour un plancher bois ?

Le polystyrène PSE ou XPS / polyuréthane

Les isolants synthétiques offrent une excellente performance thermique, tout en étant légers et imputrescibles. Mais ils restent inflammables et enregistrent un fort impact écologique : ils utilisent des ressources fossiles, créent des déchets ultimes et consomment de l’énergie pour leur production.

L’isolant végétal / naturel

Les isolants végétaux (chanvre, la laine de bois, la ouate de cellulose) et naturels (laine de mouton, de plumes de canard) assurent une bonne performance thermique, tout en utilisant des ressources renouvelables, mais ils offrent une isolation phonique relative.

L’isolant minéral

Les isolants minéraux (laine de verre, de roche, verre cellulaire) assurent une bonne performance thermique, tout en étant recyclables, peu inflammables et imputrescibles. Autant d’arguments qui expliquent leur plébiscite dans les travaux d’isolation du sol, car leur seul inconvénient est d’être sensible à l’humidité.

Si ces travaux sont initiés dans une volonté de respecter les normes en vigueur (RT 2012 voire RT2020), il est vivement conseillé de se renseigner sur leurs exigences, avant de démarrer ce chantier. Enfin, il faut aussi savoir qu’il existe des aides à l’amélioration de la performance énergétique, si les opérations sont menées par un artisan ou une entreprise RGE. Là encore, il est bien avisé de s’informer des conditions à respecter avant de se lancer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *