Energie

2021 : exit le chauffage au gaz pour les maisons individuelles neuves

Le gouvernement a présenté diverses mesures relatives au chauffage qui entreront en vigueur dès 2021. Le chauffage au gaz va par exemple être interdit dans les maisons individuelles neuves. Le bois de chauffe est donc plus que jamais LA solution idéale.

La RE2020

Avec la RE2020 (réglementation environnementale 2020), « la France, à l’instar d’autres pays européens (Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni) se met en capacité de se passer définitivement des énergies fossiles et du gaz dans les bâtiments neufs. En cohérence avec la Stratégie nationale bas carbone, nous ne pouvons pas continuer à construire les trois quarts de nos logements collectifs en les chauffant au gaz » estime Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique), qui s’est exprimée le 24 novembre dernier lors d’une conférence de presse.

Limiter le recours aux énergies non renouvelables, tel est l’objectif de cette nouvelle réglementation et du gouvernement français. Et pour atteindre cet objectif, diverses mesures ont été adoptées.

Au revoir le chauffage au gaz

L’une des mesures annoncées par le gouvernement qui fait le plus parler d’elle est la fin du chauffage au gaz pour l’ensemble des logements neufs.

Été 2021 : un cap important

Dès l’été prochain (2021 donc), opter pour le chauffage au gaz dans les maisons individuelles neuves ne sera plus possible. Mais pourquoi cette interdiction ?

Parce que le gouvernement a décidé de fixer le seuil maximal d’émissions de CO2 à 4 kg/mètre carré par année pour les nouvelles maisons.
Cela « exclura de fait des systèmes utilisant exclusivement du gaz ».

Le cas des logements collectifs

Pour les logements collectifs, cette interdiction sera mise en place progressivement. En 2021, le seuil à ne pas dépasser sera de 14 kg/mètre carré/an « laissant ainsi encore la possibilité d’installer du chauffage au gaz à condition que les logements soient très performants énergétiquement ».

En 2024, le seuil à ne pas dépasser sera de 6 kg/mètre carré/an « excluant de fait le chauffage exclusivement au gaz ». « Il s’agit d’une rupture majeure. »

Nous ne pouvons continuer avec près de trois quarts des logements neufs sortant de terre pour être chauffés au gaz » considère Barbara Pompili.

Quelle solution de chauffage choisir ?

Vous auriez aimé vous chauffer au gaz dans la maison individuelle que vous allez faire construire ? Il va falloir revoir votre choix.

Plusieurs choix possibles

Pompe à chaleur, géothermie (définition de l’ADEME : « valorisation de la chaleur du sous-sol à diverses profondeurs. Selon les techniques, elle permet la production de chaud et de froid [1] »), biomasse…
Plusieurs options s’offrent à vous. D’ailleurs, dans la catégorie de la biomasse énergie, on trouve notamment le bois de chauffage, LA solution la plus écologique et la plus économique.

Les atouts du bois de chauffage

Simple à utiliser, peu polluant, moins coûteux que d’autres solutions… Le bois de chauffage cumule les atouts et est de plus en plus plébiscité par les particuliers qui apprécient le confort qu’il offre et les économies financières qu’il leur permet de réaliser.

De plus, chauffer au bois, c’est faire un geste pour l’environnement. En pleine lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences néfastes sur la planète, le bois de chauffage s’avère être la solution parfaite. Vous avez en outre le choix entre divers appareils (chaudière, poêle…) et entre bûches classiques, bûches compressées ou encore pellets/granulés.

D’autres mesures annoncées

La fin du chauffage au gaz n’est pas l’unique mesure annoncée par le gouvernement qui a aussi évoqué l’isolation des biens et le confort lors des pics de chaleur.

L’importance d’une bonne isolation

Le gouvernement français souhaite que les logements consomment moins d’énergie et cela passe entre autres par une isolation de haute qualité.
Notez de surcroît qu’un logement bien isolé peut vous permettre de réaliser en moyenne 200 euros d’économies par an.

Il serait dommage de passer à côté de telles économies financières.

L’indicateur de confort

Les épisodes de forte chaleur étant de plus en plus courants, le ministère de la Transition écologique estime que les Français doivent avoir la garantie que les futurs logements seront adaptés à ces fortes chaleurs.

Un besoin bioclimatique de froid et un nouvel indicateur de confort ont donc été introduits. L’indicateur, exprimé en « degrés. heures », est basé sur les données de la canicule de 2003. Il permet de calculer le nombre d’heures durant lesquelles un bien peut dépasser la limite de confort.

La limite haute à ne pas franchir est de 1 250 degrés. heures (environ 25 jours par année). Pendant ces heures, il doit faire au maximum 30 °C de jour et 28 °C de nuit (ce qui est déjà élevé et ne facilite pas le sommeil).

Une limite basse a également été définie : 350 degrés. heures, un seuil « à partir duquel des pénalités s’appliqueront dans le calcul de la performance énergétique ».

[1] Géothermie, sous les pavés la solution —Le Fonds Chaleur (ademe.fr)

Vous avez besoin de bois de chauffe ?
Trouvez un fournisseur professionnel près de chez vous sur lemarchedubois.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *